News et événements

Nouvelle recrudescence du vol dans les magasins en France. Les voleurs tendent à se professionnaliser

October 18, 2011

La démarque inconnue en France a augmenté de 2,9 % par rapport à l’année précédente et coûte plus de 4,9 milliards d’euros à la distribution. Retour au niveau de 2009 avec un fait nouveau : la baisse significative du montant moyen volé en raison d’une professionnalisation du vol à l’étalage, précise le Baromètre mondial du vol dans le commerce et la distribution (GRTB).

Paris, le 18 octobre 2011

Checkpoint Systems présente les résultats du onzième Baromètre mondial du vol dans le commerce et la distribution réalisé par le Centre for Retail Research, la plus vaste enquête indépendante au monde sur la démarque inconnue, les délits commis et les pertes enregistrées dans le secteur. Il a été établi à partir des résultats communiqués pour les 12 mois (juillet 2010 – juin 2011) par 1 187 grands groupes de distribution dans 43 pays différents (Amérique du Nord, Amérique Latine, Europe, Asie Pacifique, Moyen-Orient & Afrique) et dont le chiffre d’affaires total est de 986,5 milliards de dollars américains, pour 251 895 magasins et boutiques.

Une facture annuelle en hausse de 2,9 %.

Les résultats de l’enquête 2011 révèlent une nouvelle augmentation de la démarque inconnue avec un retour au niveau enregistré en 2009 : les vols dans les rayons des magasins ont coûté en 2011 près de 4,9 milliards d’euros aux distributeurs français. Le taux moyen de démarque inconnue enregistrée par les magasins a augmenté pour passer de 1,36% à 1,40% du chiffre d’affaires du secteur, soit une hausse de 2,9 %. Ce qui place une fois de plus la France au troisième rang européen, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne.

La criminalité dans les magasins représente une « taxe » annuelle équivalente à 200 euros par foyer français (83 euros par habitant) et payée par tous, consommateurs, distributeurs et fournisseurs.

A l’exception de l’Inde qui a réduit une fois de plus son taux de démarque inconnue de 12,5 %, la démarque inconnue a augmenté partout dans le monde. A l’échelle mondiale, les pays les plus touchés sont l’Inde (2,38 % des ventes du secteur), la Russie (1,74 %) et le Maroc (1,72 %), suivi de près par l’Afrique du Sud (1,71 %). Les taux de démarque inconnue les plus faibles ont été enregistrés à Taiwan (0,91 %), à Hong-Kong SAR (0,95 %), en Autriche et en Suisse (1,04 %). L’Europe est la région qui, en un an, a connu la plus forte évolution de son taux de démarque, passant de 1,29 % à 1,39 % (+7,8 %).

L’Europe connaît une forte recrudescence des vols à l’étalage tentés ou commis, inversant la tendance constatée en 2010 : 35,1 % des distributeurs européens estiment avoir subi une hausse du vol à l’étalage (contre 17,7 % en 2010) et 21,6 % une hausse des vols internes (contre 30,2 % en 2010).

En France, le vol par les clients, qu’il soit occasionnel ou intentionnel, représente une part toujours plus importante de la démarque inconnue (44 %). Les vols perpétrés par le personnel poursuivent leur baisse amorcée en 2010 (30,1 % du total vs. 30,6 % en 2010) tandis que ceux imputables aux fournisseurs sont en légère reprise (7,2 % vs. 7 % en 2010).

Fait marquant : la baisse significative du montant moyen volé.

En Europe, le montant moyen volé par les voleurs à l’étalage s’élève à 93,85 euros, ce qui représente une baisse de 17,5 % par rapport à 2010. Le montant moyen volé par des membres du personnel s’élève à 1 381,4 euros, soit une baisse de 27 % par rapport à l’année précédente.

Il est à noter que les vols ne concernent pas en priorité les produits de première nécessité. Vêtements en cuir, jeans et accessoires de mode, tablettes et Smartphones, rouges à lèvres et produits de rasage, spiritueux, DVD, iPhones et lecteurs MP3… les articles les plus fréquemment volés restent des produits onéreux ou de marque connues, de petite taille pour la plupart d’entre eux, facilement dissimulables et revendables.

Trois familles sont principalement concernées : le textile, l’alimentaire haut de gamme et les produits de santé/beauté. Les taux moyens les plus élevés en Europe ont été relevés dans les magasins d’habillement/vêtements/mode et accessoires (1,86 %) et dans les magasins de proximité et d’alimentation (1,83 %).

  • Pour l’habillement, les accessoires de mode restent en tête des articles les plus volés mais connaissent une baisse significative par rapport à 2010 (3,72 % vs. 4,02 %), au même titre que les vêtements pour enfants (2,38 %, en baisse de 14 %). A contrario, les vêtements d’extérieur (2,82 %, en hausse de 17 % par rapport à 2010) et la lingerie (2,18 % vs. 1,98 % en 2010) repartent à la hausse.
  • En épicerie, la démarque la plus élevée concerne des produits alimentaires haut de gamme comme le fromage qui passe en tête des articles les plus volés (3,90 %, en hausse de 27 % par rapport à 2010) devant les plats cuisinés (2,94 %). Après avoir connu une forte baisse l’an dernier, les spiritueux connaissent une nouvelle augmentation de leur taux de vol, passant de 1,97 % à 2,25 %.
  • En santé/beauté, que ce soit dans les chaînes de magasins spécialisés, les pharmacies, les supermarchés ou encore les grands magasins, les articles les plus volés restent les produits de rasage (3,80 %), les parfums et eaux de toilette (2,95 %), ainsi que les rouges à lèvres, gloss et crayons à lèvres (2,83 %). Les soins des cheveux font leur entrée au classement des produits de beauté les plus volés avec un taux de vol de 2,60 %, en hausse de 39 % par rapport à 2010.

Principale raison invoquée : une professionnalisation du vol ressentie par les distributeurs.

Le Baromètre souligne cette année que la valeur moyenne des vols détectés, notamment en Europe, aurait diminué en raison d’une recrudescence des voleurs à l’étalage qui tendent à se professionnaliser. 41,7 % des distributeurs européens estiment avoir subi des pertes plus importantes cette année en raison d’actes de criminalité organisée commis par des groupes de professionnels.

On note en parallèle une baisse de 3 % du nombre d’interpellations pour vol à l’étalage (3,1 millions d’arrestations en 2011). Cette baisse peut s’expliquer par le fait que les voleurs, mieux renseignés et préparés, déjouent plus facilement les dispositifs de sécurité traditionnels mis en place par les distributeurs.

Il est à noter que cette baisse du nombre d’interpellations n’est pas liée à une baisse des dépenses de sécurité qui, au contraire, ont augmenté de près de 2 % en valeur.

Une nécessité : investir dans des solutions de plus en plus sophistiquées.

Les distributeurs européens continuent d’investir dans des programmes qui leur permettent de suivre et de protéger leurs articles en magasin. En France, les distributeurs ont investi 1,369 milliards d’euros en équipements et personnel de sécurité (contre 1,353 milliard d’euros l’an dernier), soit l’équivalent de 0,32 % du chiffre d’affaires du secteur.

L’enquête 2011 révèle qu’ils ont pris d’importantes mesures pour réduire la démarque inconnue, en se concentrant sur le vol à l’étalage à travers la généralisation de la protection des articles à haut risque et une meilleure formation du personnel :

  • 74,3 % des cinquante lignes de produits les plus volées chez les distributeurs européens bénéficient aujourd’hui de protections spécifiques. En moyenne, ils recourent davantage à l’EAS (surveillance électronique des articles) qui protège désormais 40,1 % des articles (contre 37,9 % en 2010). Les solutions de merchandising sécurisé favorisant le libre emporter des articles les plus sensibles (boîtiers, cerclages alarmés,…) sont posées sur 18,4 % des articles (contre 17,2 % en 2010).
  • 95 % des distributeurs européens ont renforcé la formation du personnel chargé de repérer et dissuader les vols.

D’importants efforts ont également été réalisés au niveau de la lutte contre le vol commis par les employés malhonnêtes (présélection du personnel avant recrutement et augmentation des audits de conformité), ce qui s’est traduit en 2011 par une augmentation du nombre d’arrestations de 14 %.

Mais face à la professionnalisation du vol qui explique la nouvelle hausse de la démarque inconnue en 2011, les distributeurs sont désormais obligés de trouver des solutions plus sophistiquées : accessoires 3-alarmes, macarons élaborés, massification de la protection source et RFID.

Baromètre mondial du vol dans le commerce et la distribution 2011

disponible sur demande

—————

À propos du Centre For Retail Research

La première édition du Baromètre mondial du vol dans le commerce et la distribution est l’œuvre du Professeur Joshua Bamfield, Directeur du Center for Retail Research (CRR), avec le soutien de Checkpoint Systems, Inc. Le CRR est une organisation indépendante spécialisée dans la recherche et le conseil pour le secteur du commerce et de la distribution, dont elle suit l’évolution, et qui s’intéresse plus particulièrement à la fraude et aux actes de criminalité. Il a effectué des études de fond sur le coût de la criminalité et sur l’utilisation de systèmes électroniques et informatisés destinés à combattre le vol à l’étalage et la fraude dans de nombreuses régions du monde. En savoir plus : www.retailresearch.org

À propos de Checkpoint Systems Inc.

Checkpoint Systems, Inc. figure parmi les leaders mondiaux de solutions de gestion de la démarque inconnue, de « Visibilité Marchandise » et d’étiquetage textile, destinées au secteur du commerce et de la grande distribution. Checkpoint permet aux distributeurs et à leurs fournisseurs de réduire la démarque, d’augmenter la disponibilité des articles en magasin, et de contrôler en temps réel les données afin d’atteindre l’excellence opérationnelle. Les solutions Checkpoint reposent sur 40 ans d’expérience de la technologie RF, diverses solutions de gestion de la démarque, un large portefeuille de solutions d’étiquetage pour le textile, des applications de pointe en RFID, des solutions innovantes de lutte contre le vol dur, et sa plateforme web Check-Net de gestion de commandes. Résultat : les clients de Checkpoint apprécient l’augmentation de leurs ventes grâce à l’amélioration de leurs chaînes logistiques, la simplification de l’impression de leurs étiquettes grâce au système d’impression à la demande, et la possibilité d’offrir aux consommateurs une expérience d’achat améliorée grâce à un accès aux produits facilité. Cotée au NYSE (NYSE : CKP), la société Checkpoint Systems est présente sur chaque marché géographique et emploie 5 600 personnes dans le monde. En savoir plus : www.checkpointsystems.com.